A Tours, le quartier des « Arts et Antiquités » se situe autour de la rue de la Scellerie, du Grand Théâtre au Musée des Beaux Arts …

 

 

 

Rue de la Scellerie
38  Le Rideau rouge  Restaurant
44  Nicolas Bernard  Joaillerie Bijouterie
48  Sylvie Brou  Antiquités
50  Librairie Denis  Librairie ancienne
52  Charme d’antan  Décoration 
62  Antiquités Bruneau  Antiquités
66  Virginie Poisson  Modiste
71  J. Ronda  Antiquités
73  Laurence Deco  Décoration
75  Aux Arts etc.  Antiquités / Bouquiniste
75 bis  Boucle d’or  Antiquités
77  Le Saxon  Numismate
81  L’atelier du décor  Tapissier décorateur
81 bis  Péninsule  Antiquités d’Orient
89  L’insolite  Antiquités
97  Royaume du Tapis  Tapis / Antiquités
99  Galerie Sanaga  Galerie / Arts africains
     
Place François Sicart
1 Aux délices des Beaux Arts  Pâtisserie, chocolaterie
14 Antiquités  Antiquités
Rue Corneille
2  Le Caroubier  Joaillerie / Bijouterie
Rue Buffon
1  Gabillet Antiquités, Galerie d’art

Histoire de la rue …

Dans son livre sur « Les rues de Tours » (1888), Louis-Auguste Bosseboeuf nous donne quelques précisions historiques sur cette rue :

« Une des plus anciennes voies, reliant Turonopole et Martinopole.

Elle allait jadis de la porte orientale du cloître Saint-Martin au portail de la vieille chancellerie, proche de la place de l’Archevêché.

Sur son parcours s’élevaient les églises Saint-Vincent, des Cordeliers transformés en théâtre, et de Saint-Hilaire ; [ Églises aujourd’hui disparues].

On y voyait les impasses de la Massetière ou Massequière et de la Pantoufle d’Or.

Au moyen âge, elle fut appelée rue du Champ-du-Comte.

Au XVIIIe siècle, elle comptait 250 maisons.

À son extrémité, se dressait jadis un magnifique portail avec un écu fastueux,  un sceptre de justice et les grands sceaux. C’était l’entrée de l’Hôtel de la Chancellerie.

Le nom de la rue vient donc probablement de sceau, ou scel, scellerie, chancellerie ; à moins qu’on ne le tire du bourg de l’Échellerie, ainsi appelé du port ou des échelles de la Loire ; en ce sens, on disait « Saint-Julien-de-l’Échelle ou de l’Échellerie », et l’on dit encore les « Échelles du Levant ».

Il y a moins de vraisemblance à le faire dériver de selle, siège (sella gestatoria), trône sur lequel l’archevêque était, de Saint-Martin à la Cathédrale, porté sur les épaules des barons, le jour de son entrée solennelle.»